COVID-19 : Le secteur minier se concentre sur la stabilisation

2 avril 2020

Le secteur minier a été durement frappé par la COVID-19 comme tous les autres secteurs. Il y a une lueur au bout du tunnel, mais il est difficile de mesurer la longueur du tunnel et d’identifier les sociétés qui vont s’en sortir. Il est évident qu’à court terme la stabilisation prévaudra sur la croissance et les acquisitions.

Stabiliser le personnel et les actifs

Mondialement, un certain nombre de pays ont ordonné la fermeture de leur secteur minier, notamment le Pérou et l’Afrique du Sud. Au Canada, le Québec ferme son secteur minier, alors que ceux de l’Ontario et de la Colombie-Britannique demeurent ouverts — pour l’instant. Selon Valeurs mobilières TD, à la fin du mois de mars, plus d’une centaine d’exploitations minières, dont 70 en activité, étaient fermées. Leur réouverture, lorsqu’elle sera possible, ne se fera pas en claquant des doigts. Il faudra du temps. Les équipes de direction du monde entier sont occupées à protéger la santé et le bien-être de leurs employés et des autres parties prenantes, y compris des communautés des Premières Nations à proximité de leurs installations. En ce qui a trait aux installations, les équipes de direction continuent d’examiner leurs arrangements contractuels, d’évaluer les forces de leur chaîne d’approvisionnement et de travailler avec les gouvernements hôtes et les collectivités.

Stabiliser le bilan

À mesure que les exploitations ferment, la pression augmente naturellement sur les bilans et les flux de trésorerie. D’où viendra l’argent? Les actionnaires existants se montrent prêts à protéger leurs placements. Orla Mining a annoncé une prise ferme la semaine dernière, avec un fort soutien de ses actionnaires importants. Cette semaine, Redevances Aurifères Osisko Ltée a conclu un placement privé de 75 millions de dollars avec Investissement Québec, qui soutient Osisko depuis longtemps. Les capital-investisseurs et les fonds spécialisés dans les mines appuient tout autant les sociétés dans lesquelles ils investissent. Pala a annoncé l’injection d’autres capitaux dans Nevada Copper et Appian Capital a déclaré être prête à soutenir le secteur.

Regroupements d’entreprises

Les regroupements d’entreprises dans l’industrie ne sont pas monnaie courante, même en période faste. Alors pourquoi y en aurait-il plus maintenant, sinon à cause des difficultés financières ou par opportunisme? Les équipes de direction ont une marge de manœuvre limitée et sont plutôt actuellement concentrées sur la stabilisation de leurs propres entreprises. Elles ont peu de temps pour penser aux acquisitions. Et comment peut-on visiter des installations et mener des contrôles diligents valables alors qu’une grande partie du monde est confinée et que les mines sont fermées? Bien sûr, la réalité virtuelle et d’autres technologies comme les drones seront utilisées de façon créative pour commencer les contrôles diligents, mais des visites de confirmation devront être réalisées.

Il y a toujours certaines exceptions, comme l’opération récemment annoncée entre Endeavour et Semafo, mais il semble que ces deux sociétés étaient en négociation depuis un certain temps et que leur contrôle diligent avait déjà été réalisé. Alio et Argonaut ont également annoncé une fusion au cours du marché. Peut-être que les grands actionnaires et promoteurs profiteront de l’occasion pour fermer le capital de sociétés ouvertes et abaisser les évaluations. Cette période sans précédent démontre à tout le moins la nécessité pour les sociétés de diluer leurs risques en diversifiant leurs avoirs. Une façon de faire serait par exemple de s’établir dans diverses régions géographiques, ce qui soulève toutefois d’autres difficultés.

MISE EN GARDE : Cette publication a pour but de donner des renseignements généraux sur des questions et des nouveautés d’ordre juridique à la date indiquée. Les renseignements en cause ne sont pas des avis juridiques et ne doivent pas être traités ni invoqués comme tels. Veuillez lire notre mise en garde dans son intégralité au www.stikeman.com/avis-juridique.

Restez au fait grâce à Notre savoir